Sociologie de l’hypermodernité

Catalogue des cours de Institut Mines-Télécom Business School

Code

CGSF HUM 4220

Niveau

M1

Population

2ème Année Management,2ème Année Télécom

Semestre

Spring

Domaine

Sciences humaines

Langue

Français/French

Crédits ECTS

2

Heures programmées

20

Charge de travail

50

Coordonnateur(s)

Département

  • Langues et Sciences Humaines

Equipe pédagogique

Contenu

L’un des objectifs de ce cours sera d’étudier en quoi les sociétés dans lesquelles nous évoluons en ce début de XXIème siècle sont caractérisées, non par le dépassement, mais par le renforcement des grands processus de modernisation. En effet, le progrès par les sciences et les techniques, l’accroissement de la volonté de maîtrise des phénomènes naturels, l’affirmation de l’autonomie des subjectivités, l’intensification des réseaux de communication et l’accès à la connaissance, sont autant de principes qui sont ancrés dans l’histoire de la modernité et qui continuent d’orienter le destin de nos sociétés. Mais l’omniprésence de ces valeurs qui s’incarnent dans des sphères aussi diverses que les technologies numériques, l’économie de la connaissance, les industries du divertissement ou la culture de la consommation, nous permet-elle de produire les conditions d’une juste inscription de ces dernières dans nos existences individuelles et collectives ? A l’heure où il apparaît évident que le progrès ne se trouve plus assuré par des grandes lois de l’Histoire, ou par des « grands récits » (Jean-François Lyotard), nous est-il encore possible d’imaginer une sagesse pratique qui soit à même d’assurer une bonne compréhension de l’évolution de nos sociétés dites « hypermodernes » ? Est-ce qu’une telle sagesse ne requiert pas alors de la part des individus une attention redoublée au sens de leur existence et à la signification du vivre-ensemble ?

Evaluation

50% : Contrôle Continu (exposé, assiduité et participation).
50% : Contrôle Final (dissertation ou questions de cours).
1point en moins sur la note du contrôle continu pour chaque absence non justifiée

Approches pédagogiques

Analyses de textes, documents audiovisuels, exposés, intervenants extérieurs.

Programme

Programme grande école,Programme Ingénieur

Bibliographie

Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne, préface de Paul Ricoeur, Calmann-Lévy, 1983.
François Ascher, La société hypermoderne. Ces événements qui nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, Editions de l’Aube, 2005.
Marc Augé, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Seuil, 1992.
Georges Balandier, La grand système, Paris, Fayard, 2001.
Zygmunt Bauman, Identité, Paris, L’Herne, 2010.
Gilles Lipovetsky (avec Sébastien Charles), Les temps hypermodernes, Paris, Grasset, 2004.
Jean-François Lyotard, La Condition postmoderne, Rapport sur le savoir. Collection « Critique », Paris, Éditions de Minuit, 1979.
Bernard Stiegler (dir.), Le design de nos existences à l’époque de l’innovation ascendante, Mille et Une Nuits, 2008.
Pierre-André Taguieff, Du progrès. Biographie d’une utopie moderne, Paris, Librio, 2001.

Plan du cours

Les mythes modernes et les dogmes de la modernité
Le sens de l’histoire des sociétés industrielles
La modernité et l’exaltation de l’ego cogito
Les crises des utopies progressistes et des « grands récits » : J-F Lyotard
Expérience postmoderne et moralité
Un nouveau rapport au temps (ou le culte de l’instantanéité)
Hyperconsommation et donjuanisme : Zygmunt Bauman
Les pathologies de l’hypermodernité : dépendances, addictions et solitudes interactives
Hypertextes et hypermédias : un nouveau rapport à la connaissance à l’ère numérique ?
Quelle amélioration du lien social à l’ère des réseaux ?
Design de nos existences et quête de sens : Bernard Stiegler

Fiche mise à jour le 22/11/2019