Enjeux urbains de la transformation numérique : les acteurs responsables au sein de la Smart city/ Safe city.

Catalogue des cours de Institut Mines-Télécom Business School

Code

CUFF HUM 3231

Niveau

L3

Population

1ère Année Management,1ère Année Télécom

Semestre

Spring

Domaine

Sciences humaines

Langue

Français/French

Crédits ECTS

2

Coordonnateur(s)

Département

  • Langues et Sciences Humaines

Equipe pédagogique

Introduction

La Smart city, ou ville intelligente, peut être modélisée comme un nouvel état informationnel de la cité. Ses principales ressources reposent sur une interaction entre de nombreux acteurs publics comme privés avec le ciybercitoyen. Ceci pose comme enjeux centraux la responsabilité sociale de l’entreprise, la définition des droits et services qui impliquent le contrôle sécuritaire et la surveillance de l’espace urbain — la Safe city — et la détermination des principaux ressorts liés à l’interconnexion locale comme internationale de données personnelles au sein d’un dispositif de contrôle et d’exercice de la citoyenneté dont il conviendra de déterminer le contenu. Se posent ainsi la redéfinition de la gouvernance à l’ère de la révolution cybernétique en cours. Il sera procédé pour ce faire à des approches comparées à l’échelle locale, nationale, européenne et internationale de cette problématique.

Acquis d'apprentissage

Il s’agira de déterminer et d’apporter à l’étudiant une connaissance des différentes approches, locales, nationales et à l’échelle internationale (Europe/autres continents) des acteurs publics comme privés de la transformation numérique en abordant, grâces aux méthodes de la science politique, les différents enjeux qui se trouvent impliqués dans les domaines de la sécurité, de la responsabilité sociale de l’entreprise et de la citoyenneté à l’ère du numérique sur le plan des espaces urbains.

Attentes du cours

Donner à l’étudiant les méthodes d’analyse et de compréhension de la de la cyber-citoyenneté et de la RSE au contact des territoires et de leur gouvernance en tant que dispositif de contrôle et de transformation de l’espace urbain.

Evaluation

- 50 % : contrôle continu (exposés) et/ou un devoir sur table au la date prévue reposant sur une liste de questions distribuée au début du cours semestriel.
- 50 % : contrôle final (questions de cours)
Chaque absence injustifiée entrainera 1 point en moins sur la note de CC.
La présence est obligatoire et sera vérifiée à chaque séance.

Approches pédagogiques

Les cours sont principalement magistraux. Ils s’appuient également, en fonction des effectifs, sur des exposés en groupe, des lectures collectives des principaux textes et documents qui règlementent les espaces territoriaux et plus particulièrement urbains en matière de cyber-sécurité et des droits du citoyen.

Programme

Programme grande école,Programme Ingénieur

Bibliographie

Michel Foucault : Surveiller et punir, Gallimard , 1975.
Max Weber, Economie et société, 1922.
Guide des SmartCities : « SmartCities versus stupide village », Groupe Caisse des Dépôts , 2016.
Helene Noizet : Fabrique urbaine : a new concept in urban history and morphology. Urban Morphology, 2009, 13 (1), pp.55-66.
Françoise Paquiensegu, Smart city & open data : a qui profitent les données ouvertes ?
A.N. Sarkar, Significance of Smart Ciies in 21st Century : An International Business Perspectiv, Journal of iternational Business, Vol 2, Issue 2, 2016
Libro Blanco Smart Cities, by Enerlis, Ernst and Young, Ferrovial and Madrid Network, 2012
Guide de l’Usager, Ministère de l’Egalité des territoires et du Logement, Sureté du Territoire et conception urbaine, juillet 2012
GICAT, Groupement des Industries de Défense et de Sécurité Terrestre et Aéroterrestres, Safe City, 2016

Plan du cours

Introduction : approche méthodologique de la Smart city/Safe city en tant que champs spécifiques de contrôle territorial et de déploiement de dispositifs urbain. Quels sont les acteurs ? Qu’est-ce que l’espace urbain en transformation ? Définition du territoire dans le cadre de la cyber sécurité.
Deux axes principaux :
I/ Le premier axe de notre approche : définition des différents domaines et acteurs constitutifs de l’espace de la Smart city/Safe city : ceux-ci sont multiples comme ont pu le déterminer les approches de le Groupe Caisse des Dépôts, de l’Assemblée des communautés de France et le RPUF, la Réunion des Petites Villes de France, dans le Guide intitulé « Smart Cities versus stupid village » (2016) qui, pour parler rapidement, détermine huit axes spécifique à cette thématique :
1/ Les services urbains ;
2/ Le service public de l’eau ;
3/Le service public de l’environnement et de la prévention des risques
4/ Le service public des déchets ;
5/ L’éclairage public ;
6/ Les transports et la mobilité ;
7/ La voirie et du stationnement ;
8/ Celui de l’efficacité énergétique. (Dans le cadre de la Cop. XXI)

II/ Approche comparative de la Smart city/Safe city. Il s’agira de présenter le fruit de recherches relatives aux autres pratiques spécifiques à d’autre pays européens et extra-européens en la matière. Il s’agira, d’étendre l’enseignement à certains pays d’Amérique latine (en particulier l’Argentine et le Mexique), qui ont déjà effectué d’importantes transformations en la matière, en déterminant le «new management » que cela propulse dans l’organisation des espaces urbains et peri-urbains en relation avec le rôle du citoyen et sa responsabilité directe dans la protection des quartiers, du contrôle, jusqu’à la restructuration même des règles de l’urbanisme dans certaines villes.

Fiche mise à jour le 08/07/2020